L’humour durant les deux guerres

Durant les deux guerres mondiales, en 14-18 comme en 40-45, les dessins humoristiques foisonnent .

Ceux que nous présentons ont une caractéristique : ils ne parlent bien que s’ils sont retournés. On verra alors, d’une part, le Kaiser, d’autre part un soldat allemand bien engraissé.

En 14-18, et je me souviens encore que mon grand-père me fredonnait cela trente ans plus tard, on imite malicieusement le chant de marche de la troupe « Gloria… ». Les paroles wallonnes expriment dérision et mépris.

En 1941, le Journal de Verviers, copieusement « emboché » comme on disait alors, a eu la naïveté de publier ce poème envoyé par un rimeur facétieux. Isolez donc la première lettre de chaque vers et vous trouverez un slogan qui n’avait rien pour plaire à l’occupant.

Vacances 1941
(Journal de Verviers, 6 août 1941)

Voici venu l’été, les fleurs et les roses
Rouge ou jaune velours dans le vert soyeux.
Au cœur capiteux des corolles écloses
Frelons blonds et abeilles butinent joyeux.

Voici les vacances, le camping, les genêts.
Invites à l’amour, bonheur d’être libre.
Chaque âge frémit et dans chaque cœur vibre
Toute la jeunesse des chansons de Trenet.

Or donc, je vais chercher havre-sac et vélo.
Ici je camperai la nuit près du ruisseau
Rêvant sous les étoiles à quelque noir mélo
En regardant la lune miroiter sur l’eau.

Ailleurs je coucherai dans le foin parfumé
Niche chaude de gueux où le rat folâtre.
Gai réveil à l’aube, à l’appel du pâtre
Lancé sur deux notes aux échos embrumés.

Ainsi, plus tard, par les nuits froides de Janvier
Il restera du bleu dans mon coeur vagabond.
Souvenirs qui brûlez, à défaut de charbon…
Et je lirai, au chaud, le « Journal de Verviers ».

Sources :
Pour 14-18 : Roger PINON, L’opposition populaire aux envahisseurs durant les deux guerres mondiales, in La Vie wallonne, Liège, 1993.
Pour 40-45 : Jacques WYNANTS, Verviers en images. 1940-1945, Bruxelles, 1977.

Jacques Wynants